Pour ma 2e chronique, j’ai choisi le titre Yasha, un shôjo manga d’Akimi Yoshida, publié chez Panini Manga. S’il est moins connu que Banana Fish, Yasha reste un manga solide, très loin de ce à quoi on s’attend quand on évoque du shôjo manga.

Thriller digne d’hollywood.

Essayons de résumer l’intrigue : arraché à une enfance tranquille sur une minuscule île à Okinawa, Sei devient le plus jeune médecin-chercheur d’un grand institut pharmaceutique américain, et finit par découvrir les secrets liés à sa naissance. Enfants génétiquement modifiés, révélation de son jumeau Rin, élevé par des yakuzas, déclenchement d’une pandémie. Ou peut-être serait-il plus juste de parler d’attaques bio-terroristes, orchestrées conjointement par un magnat de l’industrie pharmaceutique, épaulé par la mafia japonaise et l’armée américaine ???

Bref, l’intrigue est digne des films d’action des années 90, où un héros providentiel et surhumain sauvait le monde du Mal.

Yoshida ou le shojo manga « hard boiled »!

Publié de 1996 à 2002, dans le Bessatsu Shôjô Comic, Yasha nous rappelle Banana Fish par beaucoup d’aspects. On retrouve le goût d’Akimi Yoshida pour les intrigues complexes, qui jouent avec les nerfs des lecteurs.  Outre les enjeux sanitaires et économiques, Yasha questionne d’autres dimensions, plus intellectuelles voire philosophiques. Car ce manga s’intéresse également à l’éthique et à ses limites, puisqu’il est beaucoup question d’eugénisme à travers les jumeaux surdoués Sei et Rin.

Après les enfants abusés, embarqués dans les guerres des gangs des bas-fond de New-York, Yoshida choisit un thème tout aussi difficile. Bien entendu, les connaissances médicales dont il est question dans le manga sembleront caricaturales par moment. Mais, c’est la magie du manga ! Accepter de se laisser embarquer dans une histoire rocambolesque, imaginée au beau milieu des années 1990 par une mangaka à peine âgée de 40 ans.

Directement dans une Perfect Edition.

Il aura fallu attendre vingt ans après sa sortie pour lire l’intégralité de Yasha en version française. Panini choisit de compiler les aventures de Sei et de ses proches en 6 tomes d’une édition Perfect. Il faut avouer que les livres en imposent. Grands, copieux, arborant une intense jaquette rouge. Difficile de passer à côté.  Rappelons que Yasha a reçu le prix Shogakukan du meilleur shôjo en 2001.

Son trait semble plus souple, plus fin et tout aussi acéré qu’un scalpel. Ce degré d’épure du trait de Yoshida correspond paradoxalement à la complexité de l’intrigue. Telle la navette d’un métier à tisser, le manga prend forme, entre le dessin et le scénario.

 

Bien entendu pour continuer les échanges, on vous attend sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter 

 

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…