Après Kanyar et Julien Neel, c’est au tour de Johnny de nous faire part de son top 10 manga ! 10 œuvres (peut-être même un peu plus), qui nous racontent une certaine époque du manga en...

Continuez à lire →

Pour ma 2e chronique, j’ai choisi le titre Yasha, un shôjo manga d’Akimi Yoshida, publié chez Panini Manga. S’il est moins connu que Banana Fish, Yasha reste un manga solide, très loin de ce à quoi on s’attend quand on évoque du shôjo manga.

Thriller digne d’hollywood.

Essayons de résumer l’intrigue : arraché à une enfance tranquille sur une minuscule île à Okinawa, Sei devient le plus jeune médecin-chercheur d’un grand institut pharmaceutique américain, et finit par découvrir les secrets liés à sa naissance. Enfants génétiquement modifiés, révélation de son jumeau Rin, élevé par des yakuzas, déclenchement d’une pandémie. Ou peut-être serait-il plus juste de parler d’attaques bio-terroristes, orchestrées conjointement par un magnat de l’industrie pharmaceutique, épaulé par la mafia japonaise et l’armée américaine ???

Bref, l’intrigue est digne des films d’action des années 90, où un héros providentiel et surhumain sauvait le monde du Mal.

Yoshida ou le shojo manga « hard boiled »!

Publié de 1996 à 2002, dans le Bessatsu Shôjô Comic, Yasha nous rappelle Banana Fish par beaucoup d’aspects. On retrouve le goût d’Akimi Yoshida pour les intrigues complexes, qui jouent avec les nerfs des lecteurs.  Outre les enjeux sanitaires et économiques, Yasha questionne d’autres dimensions, plus intellectuelles voire philosophiques. Car ce manga s’intéresse également à l’éthique et à ses limites, puisqu’il est beaucoup question d’eugénisme à travers les jumeaux surdoués Sei et Rin.

Après les enfants abusés, embarqués dans les guerres des gangs des bas-fond de New-York, Yoshida choisit un thème tout aussi difficile. Bien entendu, les connaissances médicales dont il est question dans le manga sembleront caricaturales par moment. Mais, c’est la magie du manga ! Accepter de se laisser embarquer dans une histoire rocambolesque, imaginée au beau milieu des années 1990 par une mangaka à peine âgée de 40 ans.

Directement dans une Perfect Edition.

Il aura fallu attendre vingt ans après sa sortie pour lire l’intégralité de Yasha en version française. Panini choisit de compiler les aventures de Sei et de ses proches en 6 tomes d’une édition Perfect. Il faut avouer que les livres en imposent. Grands, copieux, arborant une intense jaquette rouge. Difficile de passer à côté.  Rappelons que Yasha a reçu le prix Shogakukan du meilleur shôjo en 2001.

Son trait semble plus souple, plus fin et tout aussi acéré qu’un scalpel. Ce degré d’épure du trait de Yoshida correspond paradoxalement à la complexité de l’intrigue. Telle la navette d’un métier à tisser, le manga prend forme, entre le dessin et le scénario.

 

Bien entendu pour continuer les échanges, on vous attend sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter 

 

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…

Cette semaine, la 5e de Couv’ se fait plaisir avec une petite madeleine de Proust du manga : Samurai Deeper Kyo. Titre phare des années fin 90-début 2000 de la collection Dark Kana, ce titre...

Continuez à lire →

Ce dimanche, on vous parle d’un nouveau venu sur le terrain du manga numérique. Nova Manga, plate-forme de lecture de mangas en ligne portée par Ki-oon, débarque ce dimanche 4 février. Une appli 100% gratuite,...

Continuez à lire →

Place aux stars du manga de 2024 ! En effet, La 5e de Couv’ en a enfin terminé avec 2023 ! Comme chaque année, de nombreux éditeurs ont déjà dévoilé une partie de leurs nouvelles acquisitions....

Continuez à lire →

Alors que le festival International de la Bande dessinée d’Angoulême 2024 vient d’ouvrir, Julie se penche sur l’œuvre d’une de ces illustres invités et de l’Anthologie de Moto Hagio.

Elegante sobriété.affiche exposition Moto Hagio - FIBD 2024

Dans sa première édition de 2013, l ‘œuvre de Moto Hagio était présentée en coffret. Deux volumes intitulés De l’humain et De la Rêverie regroupaient une dizaine des mangas courts parmi les plus connus de cette autrice. Ce choix donnait un petit aperçu de l’étendue des thématiques et des genres explorés au fil des ans par Moto Hagio. Prenons l’exemple de  Nous sommes Onze. Ce manga en deux parties invitent le lecteur à un huis-clos spatial. Un thème qui sera notamment repris près de quarante ans plus tard dans Astra Lost in Space.

Jeunesse immortelle…

Ce qui frappe encore aujourd’hui, c’est la jeunesse de ses héros. Tous adolescents, ils sont souvent à l’apogée de leur fraîcheur dans la première décennie de leur existence. Pourtant, ils n’en sont pas moins meurtris, songeurs et souvent désabusés. Car leur âmes sont toutes façonnées de la même mélancolie et du même espoir d’échapper un jour à la fatalité. Tels les enfants livrés à la guerre dans le Coquetier, ou les élèves du Pensionnat de Novembre, tous redoutent le moment où leur enfance rêvée ou cauchemardesque prendra fin.

Une réédition salutaire.

Glénat propose une réédition de ces classiques. Avec Le Clan des Poe et d’autres œuvres encore inconnues en France, une nouvelle vision du manga se dessine. Enfin, une histoire longtemps mise de côté s’offre à nous.  Alors que le shojo manga a toujours été précurseur sur le marché du manga au Japon. Venez, refaisons un bout d’histoire avec Moto Hagio !

Bien entendu pour continuer les échanges, on vous attend sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter 

 

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…

Après un top 12 et des coups de cœur persos, la 5e de Couv’ conclut son bilan manga 2023 en vous proposant les meilleures rééditions et classiques parus cette année. Entre classiques encore inédits en...

Continuez à lire →

En 2023, et les années précédentes, Julie a lu BEAUCOUP de mangas. Au lieu de laisser tomber ces lectures dans l’oubli, pourquoi ne pas réaliser une chronique manga ?

Un nouveau rendez-vous !

Comme vous le savez, avec le podcast, nous n’avons qu’environ 1h par semaine dédiée à ce médium. Par conséquent, il aura fallu attendre 2024 pour qu’une chronique manga sur tous ces titres puissent venir à votre rencontre avant de retourner dans les réserves de vos librairies.

Note d’intention

Afin justement de leur offrir plus de visibilité, l’idée est de les présenter succinctement mais toujours passés au crible de la subjectivité ! Ici, on pratique de la critique de manga.

Chaque semaine, la chronique mettra en avant une série ou un auteur, avec toutes informations pour acquérir les livres en questions, et des liens vers les sites des éditeurs.

Keep in touch !

Bien entendu pour continuer les échanges, on vous attend sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

à très bientôt pour de nouvelles lectures manga,

 

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter 

 

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…

La 5e de Couv’ revient avec ses meilleurs mangas de 2023 ! Une tradition pour nos auditeurs fidèles (notre émission la plus écoutée, chaque année), mais aussi un rendez-vous afin de prendre la température concernant...

Continuez à lire →

La 5e de Couv’ fête la nouvelle année en podcast ! Et puisque c’est fête, on a décidé de donner une nouvelle fois la parole à nos auditeurs chéris. La meilleure commu. De nouveaux membres...

Continuez à lire →