Voici un top 10 samouraï du moment ! En effet, à l’occasion de la sortie de Babel, the New Hakkenden, de Yugo Ishikawa, on s’amuse avec quelques-uns des mangas de samouraï qui nous font plaisir....

Continuez à lire →

La francophonie est un territoire de lecteurs, de BDs, de mangas, mais pourtant, le magazine de prépublication n’est pas légion. Ainsi, à travers la création d’un tout nouveau magazine, Nemu, on rentre dans les coulisses...

Continuez à lire →

Jojo’s Bizarre Adventures : Stardust Crusaders est enfin au programme de l’émission ! Et si la série est évoquée régulièrement, deux émissions ont déjà traité des deux premières parties. La saga d’Araki est aussi d’autant...

Continuez à lire →

Cette semaine, on continue avec nos mangas à suivre. Si on a bien trouvé des prétextes pour les trois titres de la semaine passée, il reste trois mangas à suivre qu’il nous faut présenter, discuter,...

Continuez à lire →

Cette semaine, on vous parle de nos mangas à suivre. De ces séries qu’on adore et qu’on attend avec impatience à chaque nouveau tome. Des séries que vous, chers auditeurs, appréciez également, on le sait....

Continuez à lire →

Kindergarten WARS, c’est l’un des mangas de ce début du mois d’avril. Après l’avoir évoqué à la fin de notre sélection pascale, on se planche plus longuement sur la nouveauté des éditions Ki-oon, dessinée par...

Continuez à lire →

Pour tous les gourmands (et gourmets !) du manga, la 5e de Couv’ vous propose une sélection pour Pâques. Car c’est bien connu, les fêtes servent (aussi) à diminuer la taille de votre pile de...

Continuez à lire →

Avec le manga BL Métamorphose, je vous apporte enfin un peu de fraîcheur dans cette chronique ! Éditée aux éditions Ki-oon, cette histoire en 5 tomes est parfaite pour la saison, puisqu’il s’agit de l’histoire d’un deuxième printemps. Un manga idéal pour coller à la floraison des cerisiers en approche !

 

Renaissance.

Mme  Ichinoi, Yuki de son petit nom, vit seule depuis le décès de son mari. Entre les cours de calligraphie qu’elle donne aux enfants de son quartier et sa fille, les occupations ne manquent pas. Or, un jour qu’elle flâne dans une librairie, elle craque pour un livre inédit pour elle : un manga de genre Boy’s Love ! Contre toute attente, la dame de 75 printemps va tomber sous le charme de ce genre d’histoire, soit de la romance entre jeunes hommes. Mais comment s’y retrouver dans le foisonnement des parutions mangas ? Heureusement pour Yuki, la jeune apprentie libraire Urara va vite lui servir de guide. Cette accro de manga va partager ses connaissances du genre BL avec sa nouvelle amie.

Mamie, ma mie…

Au fil des pages, la passion d’Urara devient de plus en plus contagieuse ! L’amitié avec une vieille dame apporte de nouvelles choses à cette grande timide. BL Métamorphose, ce n’est pas seulement l’histoire d’un genre de manga qui se transforme au gré des envies des autrices et de leur public. C’est aussi la succession de petites décisions qui vont amener Urara à affirmer ses choix, ses envies et pourquoi pas, se lancer dans la création d’un manga ?

Surfer sur la vague BL.

Kaori Tsurutani déclare que BL Métamorphose est le fruit de ses réflexions personnelles sur le succès du genre Boy’s Love au Japon. S’il est vrai que ce genre est encore niche, pour de multiples raisons, il n’y en a aucune pour qu’il soit réservé à un public jeune ! De fait, son idée de mettre en scène deux personnages éloignés en tout mais réunis par la même passion a fait un tabac ! Le manga parle également de ce nouvel âge, celui que vivent près d’un quart des Japonais, une fois leur retraite commencée. Cette thématique devient de plus en plus présente dans des séries très diverses. Heureusement, les mangas nous aident à créer des liens, quelque soit l’âge des lecteurs et des lectrices !

Une question à poser ? Des commentaires à faire ? Venez sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…

Aujourd’hui, la 5e de Couv’ s’attaque à un genre assez particulier du manga : la tranche de vie. Enfin, disons qu’on va s’intéresser plus particulièrement sur les raisons pour lesquelles il nous semble mal-aimé du...

Continuez à lire →

En choisissant Saisons Maudites, je cherchais surtout un titre qui évoque le printemps… Or avec ce manga en 2 tomes, ce sont toutes les saisons qui se retrouvent convoquées ! Haru, Natsumi, Togô, les noms des trois personnages principaux font tous référence à une saison, respectivement le printemps, l’été, l’hiver. Et l’automne me demanderez-vous ? C’est la saison où tout se dévoile pour ce manga qui débute par un drame familial.

 

Mort du printemps.

L’histoire débute alors que la jeune Haru, encore lycéenne vient d’être emportée par un cancer. Dévastée, son aînée, Natsumi, accepte de continuer à fréquenter le fiancé de sœur, Tôgo. Ce dernier est issu d’une branche aristocratique de leur famille étendue qui souhaite voir la lignée se perpétuer entre de bonnes mains. Sans que Natsumi le sache, cette envie de ne pas rompre les fiançailles est une des rares, sinon la seule liberté que le jeune et brillant banquier peut voler à la surveillance très sévère de sa mère. Elle avait déjà choisi Haru pour future bru. Étrangement, elle refuse de voir la dynamique Natsumi entrer officiellement au sein de leur prestigieuse famille.

Malédiction à l’ère des Internets.

Là où l’intrigue s’étoffe, c’est quand à la fin du premier tome, Natsumi retrouve le journal intime de Haru. Cela arrive au hasard de ses questionnements sur des forums. La malade y raconte ces longues journées de traitement, son ennui et ses peurs de voir la vie la quitter aussi tôt. A travers ce blog et par delà la tombe, la défunte devient omniprésente. Tout autant que son amour idolâtre pour son mutique fiancé. Natsumi se rend compte à quel point elle et sa sœur avaient été aveugles sur les sentiments de Tôgo. Entre la jeune fille modèle et effacée et la bruyante, vivante et envahissante Natsumi, le jeune homme finit par découvrir qu’il n’est pas aussi lobotomisé que sa famille le pensait.

Un premier essai.

Avec Saisons Maudites, Asuka Konishi remporte la 2e place au prestigieux concours “Kono manga ga sugoi !!” de 2017. Son style, simple, sans fioritures et ses personnages longilignes font mouche. Cette série, la première publiée pour l’autrice de Criminelles Fiançailles. raconte aussi la succession des premières fois pour un couple, ou même de deux couples. Non content d’avoir d’abord fréquenté la douce Haru, il faut l’électrochoc qu’est Natsumi pour permettre à Tôgo de sortir de son hiver léthargique.  De là a y voir une métaphore des relations amoureuses au Japon, il n’y a qu’un pas ! Il s’agit bien d’un cœur masculin, totalement inerte et rendu dépressif par une société toujours plus productiviste qui retrouve goût à la vie au contact d’un rayonnant été. L’autrice y affirme aussi son goût pour des personnages féminins forts et volontaires, laissant aux réacs leurs idéaux de pureté et de niaiserie.

Bien entendu pour continuer les échanges, on vous attend sur #5dc le groupe de débat autour du manga ou sur notre serveur discord.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter

Venez voir nos tops et nos listes manga sur Sens Critique !

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…