Cette semaine, la 5e de Couv’ vous parle des mystères de To Your Eternity, par Yoshitoki Oima. Le premier d’entre eux : sa publication au Japon. Jamais en couverture, jamais de page couleur, toujours en fond de magazine, le maintien de la série au sein du Weekly Shônen Magazine est déjà un mystère. Et ce sentiment flottant et brumeux, c’est justement ce qui, selon nous, définit le mieux ce manga atypique, dont on avait été séduits dès sa sortie.

De surprises en surprises, de mystères en réponses ?

Tome après tome, le manga fait poser beaucoup de questions. Et si certains mystères de To Your Eternity se sont révélés déterminants pour l’intrigue (L’homme en noir, le pouvoir de Imm, les knockers…), d’autres semblent plus anecdotiques (le visage de Googoo). Certains ont même obtenu des réponses, et d’autres non. Mais tous laissent planer à la lecture une sensation d’inconnu troublante et particulièrement réjouissante. Et après nous avoir fait vivre énormément de choses pendant ce premier arc de douze volumes, le manga enchaîne sur quelque chose de totalement différent ! Si bien qu’on se demande où l’autrice veut nous emmener…

Le sens de To Your Eternity ?

Alors quel sens donner à tous ces mystères ? Que nous dit la quête de Imm et de ses amis morts sur l’immortalité et notre propre condition ? Yoshitoki Oima le sait-elle elle-même ?… Comme le manga, cette émission va vous amener à vous poser beaucoup de questions. Et comme le manga, toutes ne vont pas forcément trouver de réponse !

Surprenant et d’une grande profondeur, le mystère de To Your Eternity en fait selon nous l’un des mangas les plus intrigants et les plus uniques de ces dernières années. Alors pour en discuter, on ouvre la boîte à mystères avec Kanyar, Maxime et Robin ! Et pour prolonger le débat ou partager avec nous vos théories sur To Your Eternity, venez sur #5dc le groupe de débat autour du manga.

Pour réagir, ayez le réflexe #5DC dans vos messages sur Twitter !

 

 

Où nous écouter ? Partout…
Réagissez sur les internets avec le hashtag #5DC et on vous trouvera…

Commentaires

Your email address will not be published. Required fields are marked *